Un bâtiment écologique à énergie positive

L'habitat est notre “3e peau”

Bleu Vert est acteur dans la distribution de cosmétiques bio qui prennent soin de la peau. Ils sont formulés sans artifices et additifs nuisibles, en cherchant une harmonie avec la nature. En toute cohérence, Bleu Vert a fait le choix d'appliquer la même ligne de conduite à son siège social, car les bâtiments sont notre “3e peau” (après la “2e peau” : les vêtements).

Privilégier les matériaux naturels et nobles, chercher à diminuer l'empreinte écologique, sont les mots-clés de la conception du siège.

Le résultat est un bâtiment à basse consommation d'énergie, fonctionnel, lumineux, qui en plus “dégage de l'émotion”.

Le siège de Bleu Vert est un exemple concret que le terme “développement durable”, si galvaudé et si souvent instrumentalisé, peut devenir une réalité tangible et crédible. Il suffit de le vouloir et de réunir les bonnes volontés autour d'un projet cohérent et global prenant en compte tous les éléments de la construction : la consommation de CO2, l'économie d'énergie, la gestion des déchets, l'utilisation de matériaux non-polluants et un cadre de travail harmonieux et “harmonisant”. L' approche architecturale est holistique, multi-factorielle - et pragmatique. Tout comme la conception des cosmétiques que Bleu Vert distribue.

Bleu Vert voulait un siège aussi différent d'un bâtiment industriel classique que ses cosmétiques le sont comparés aux produits conventionnels du commerce.

En savoir plus

Cliquez sur l'image sur le sujet qui vous intéresse. Pour fermer l'explication, cliquez dessus.

Découvrez nos bâtiments en vidéo
Fermer X

PHOTOVOLTAIQUE

Dès le début du projet de construction il était évident que les pans orientés sud du toit seraient équipés avec des panneaux photovoltaïques pour produire au moins autant d'électricité avec la lumière du soleil que le bâtiment consomme.

Fiche technique panneaux solaires SunpowerLe générateur photovoltaïque est composé des panneaux solaires les plus performants disponibles (en 2010), les panneaux de Sunpower avec une puissance de 300 Wc par panneau (Wc = watt crête, la puissance maximale délivrée). Les 336 panneaux sur 640 m2 produisent entre 130.000 et 134.000 kWh par anné, environ 70 % de plus que la consommation cumulée du bâtiment. Le siège de Bleu Vert est donc un “bâtiment à énergie positive”.

A deux endroits dans le bâtiment un écran informe en temps réel sur la consommation et la production électrique du bâtiment, instantanée et cumulée sur 1 semaine, 1 mois et les 12 derniers mois. Cette “téléréalité photovoltaïque” vous permet de voir ci-dessous en temps réel lorsque un nuage passe devant le soleil et diminue momentanément la production d'électricité.

http://bleu-vert.fr/bleu-vert/production-photovoltaique.html

Fermer X

ISOLATION

Un système performant de chauffage ne vaut pas grande chose sans une isolation adéquate. Le choix de Bleu Vert s'est porté sur la laine chanvre-lin et la brique mono-mur.

La laine de chanvre-lin : sa capacité isolante est meilleure que celle de la laine minérale, et à la différence de celle-ci elle reste isolante même humide. Déterminant pour Bleu Vert : une ressource végétale renouvelable, cultivée en France, dont la culture nécessite peu d'énergie et peu ou pas de pesticides.

Tous les toits (y compris du centre logistique) et les murs (nord et est) sont isolés avec 200 mm de cette laine. Pour la toiture du centre logistique Bleu Vert a développé une technique de pose en caisson auto-portant en partenariat avec une entreprise locale (Négoce Bois Charpente au Pontet), qui est 1/3 moins chère que des panneaux “sandwich” comparables. En plus c'est une solution de fabrication locale, 100 % “made in Vaucluse”.

Le chanvre

Utilisé depuis des millénaires, c'est le matériau de construction du futur. Ne nécessitant pas d'herbicides et de pesticides lors de sa culture, il réduit la pollution de l'environnement et améliore les sols.

La laine de chanvre résiste au tassement, n'attire ni mites ni rongeurs, et peut être traitée pour améliorer sa résistance au feu. Facile à poser, elle apporte un confort d'été exceptionnel en absorbant et en rejetant l'humidité en fonction de la température ambiante.

Le lin

Peu exigeant en pesticides et en engrais, le lin est principalement produit dans le nord de la France. Les fibres courtes non utilisées par l'industrie textile, sont transformées en laine dont on fait un isolant souple et résistant. C'est un matériau sain qui a une odeur neutre et qui ne contient aucun produit liant pouvant dégager des composés organiques volatils (formaldéhydes ou autres). Son coefficient de conductivité thermique est supérieur à celui du chanvre et il peut absorber 10 fois plus d'eau que la laine de verre sans diminuer son pouvoir isolant.

La brique isolante mono-mur en terre cuite

Elle est à la fois élément porteur et isolant (car alvéolaire). Posée avec expertise, elle minimise les ponts thermiques, car elle est posée sans joint, juste avec un peu de colle. La situation climatique a permis d'utiliser des briques de 300 mm, suffisant pour les hivers doux du Vaucluse.

La cantine et la salle de séminaire de l'entreprise ont été construits avec ce matériau nouveau, qui arrive en France des pays du Nord de l'Europe.

Fermer X

Matériaux

Les matériaux nobles et naturels (comme dans les cosmétiques…) sont les composants de base de ce beau bâtiment écologique.

Le bâtiment logistique

C'est une construction originale composée de 552 blocs de 'Pierres de Gard' (une pierre calcaire tendre) de 0,50 x 0,50 x 2 m. Chacun pèse 850 Kg. La carrière se trouve à env. 40 Km du siège de Bleu Vert. Ces blocs sont assemblés comme un 'Lego géant' et servent comme “bardage”. La construction porteuse est réalisée en poutres de bois lamellées-collées. Le toit est isolé avec 200 mm de laine de chanvre-lin.

Résultat : une excellente isolation et une importante inertie thermique  (qui “lisse” la courbe de température) avec ces murs de 50 cm d'épaisseur.
Le bois utilisé est d'origine européenne, en partie (le mélèze) d'origine française.

Le mas (du 19e siècle)

Il héberge aujourd'hui les bureaux de l'entreprise et a été complètement restauré : planchers chauffants, nouvelles fenêtres, nouvelle entrée et cage d'escalier, isolation des murs (au nord et à l'est) et du toit avec de la laine chanvre-lin d'une épaisseur de 200 mm. Les enduits intérieurs ont été réalisés par un artisan spécialisé avec un enduit naturel, respirant et isolant : la terre-paille en trois pigmentations différentes. Plus que écolo : le jeux de la lumière rasante du soir sur ces murs “vivants” est un plaisir esthétique qui se renouvelle tous les jours.
Un mas provençal de 400 m2 vieux de plus de 100 ans est devenu très contemporain.

Les pierres de la structure de l'entrepôt Pose de la première pierre La tructure bois et pierres du l'entrepôt

Fermer X

Toiture

La toiture horizontale sur une partie (250 m2) du bâtiment est verte : elle est en très grande partie végétalisée, le reste est une terrasse accessible. Une terrasse nature…

Les avantages écologiques du toit végétalisé sont multiples : une protection étanche, une isolation phonique, une protection contre les chocs thermiques, le captage de polluants atmosphériques, une inertie thermique permettant de réaliser d'importantes économies d'énergie, une préservation de la biodiversité…

Sa capacité à retenir l'eau offre une solution originale à la problématique de la gestion des eaux de pluie en site urbain. Outre ces éléments, une telle toiture apporte aussi un confort visuel, ce petit espace naturel contribuant à embellir le paysage. En clair, une toiture végétalisée protège le bâtiment et augmentera sa longévité.

Le léger surcoût est compensé par des économies au niveau de la climatisation et de l'isolation.

Le choix de Bleu Vert a été la plantation d'une végétalisation extensive, qui aboutit à un écosystème auto-stable. Cette technique utilise un complexe de culture élaboré de faible épaisseur permettant la réalisation d'un couvert végétal permanent. L'entretien est réduit au minimum.

Fermer X

Éclairage naturel des bureauxLumière

Lumière naturelle

Autant que possible, les architectes Jean François Rougé et André Brunelle ont cherché à baigner le bâtiment dans la lumière naturelle. Un bandeau horizontal entre le toit et les murs de l'entrepôt, des grandes ouvertures, un patio intérieur et un puits de lumière (avec des panneaux photo-voltaïques transparents) y participent.

Des claustras devant les fenêtres au sud et à l'ouest protègent contre un réchauffement en été et adoucissent une lumière trop éblouissante.

Lumières artificielles économes

Pour la lumière artificielle, le bâtiment est équipé des sources de lumière les plus économes : LEDs et tube fluorescents (à spectre lumière naturelle). La conception de la lumière a été élaborée par Serge Duckit de 'Jeux de Lumière', il a privilégié une lumière douce et indirecte, tout en respectant les besoins ergonomiques pour chaque poste de travail. Dans les couloirs et sanitaires, l'allumage et l'extinction des lumières est automatisée pour économiser l'énergie sans même y penser.

Éclairage naturel dans l'entrepôtLa cantine éclairée par sa grande baie vitréeLe bâtiment et son éclairage nocturne

Fermer X

Chauffage

Le bâtiment de Bleu Vert est situé dans la vallée de la Durance, la nappe phréatique est en conséquence peu profonde (8 m) et abondante. Ainsi le choix pour une pompe à chaleur était facile et bien plus économe que toute autre source d'énergie renouvelable.

L'air, l'eau et la terre sont sources de grandes quantités d'énergie qui se renouvellent sans cesse grâce au rayonnement solaire et aux pluies. La pompe à chaleur prélève la chaleur présente dans l'eau de nappe phréatique.

Même en hiver, la température de la nappe phréatique se situe entre +10°C et +12°C, une température suffisante pour la restituer pour chauffer ou rafraîchir, une fois que les calories sont “concentrées” par le compresseur. Fondamentalement, c'est le même fonctionnement qu'un réfrigérateur. Une pompe à chaleur permet de produire généralement plus de quatre fois plus d'énergie que celle nécessaire à son fonctionnement. Dans le cas du bâtiment de Bleu Vert, elle chauffe avec 10.000 kWh par saison de chauffage (d'une valeur d'env 1 500 €) une surface de 700 m2 de bureaux et tempère à plus de 10°C le centre logistique de 1.100 m2.

La pompe à chaleur de Bleu vert est raccordée sur un circuit de chauffage à basse température, des planchers chauffants. 3.000 mètres de tuyaux ont été posés dans les planchers de l'entreprise.

Pour son fonctionnement il était nécessaire de creuser deux puits : un puits d'aspiration pour le captage (la pompe à chaleur pompe l'eau pour absorber ses calories) et un deuxième puits de restitution ou de rejet, elle rejette l'eau refroidie (et réchauffée en été) dans la nappe.

Ce système est particulièrement utilisé pendant les 3 mois d'éte. Un simple échange de température (sans compression) et l'injection de cette eau fraîche dans le circuit des planchers suffit pour rafraîchir le bâtiment entier. Seules les pompes travaillent, avec 900 kWh par saison (d'un coût de 135 €) la surface de 700 m2 est agréablement rafraîchie sans les désavantages habituelles d'une climatisation. Ce système fait parfaitement rimer écologie et économie…

Fermer X

Plan du jardinEspaces Verts

Un beau bâtiment mérite une belle mise en scène… Mais l'ancien verger de pommes derrière le bâtiment, un terrain de 6 000 m2, n'était plus entretenu depuis des années et était devenu une sorte de “désert agricole”.

Le paysagiste Luc Echilley a conçu un petit parc planté de nombreuses plantes*, qui se trouvent aussi dans les cosmétiques distribués par Bleu Vert.
Ce jardin est conçu et géré avec des techniques écologiques :

  • irrigation en goutte-à-goutte, en partie (30%) alimentée par la phytoépuration, le reste est alimenté par pompage de la nappe phréatique. L'irrigation “intelligente” est automatiquement ajustée en fonction de la température, du vent, de la pluie et de l'humidité dans l'air.
  • le sol est entièrement couvert de copeaux de bois, qui réduisent l'entretien, conservent l'humidité du sol, le protègent et favorisent la formation d'humus.
  • Bleu Vert a poussé le “recyclage des chemins courts” aussi loin que possible. Une partie des copeaux couvre-sol provient des arbres abattus sur le terrain. La butte a été formée de l'excavation des fondations du bâtiment logistique. Les chemins sont couvert d'une sorte de gravier rouge, qui est en fait composé des … tuiles concassées de l'ancien bâtiment.

* Les plantes cosmétiques plantées dans le jardin de Bleu Vert : hamamélis, bambou, gingko, lavande officinalis, sauge, abricot, camomille ordinaire (allemande) Matricaria Chamomilla, centella asiatica herbe du tigre (plante aquatique), coing, églantier (rose canine, cynorrhodon), grenadier, jasmin, mauve, mélisse, menthe poivrée, romarin, tilleul, prêle, aloe vera , amandier, calendula officinalis, théier Camellia sinensis, lys blanc... etc

Fermer X

Eaux Usées

Le site de Bleu Vert n'est pas connecté au tout-à-l'égout. Il fallait donc chercher une solution pour les eaux usées. La fosse sceptique classique semblait bien moins intéressante qu'une épuration “par les plantes” en lagunage, à laquelle le terrain se prête particulièrement bien.

Cette technique est aujourd'hui arrivée à maturité et particulièrement adaptée à des petites communes isolées qui cherchent une solution écologique et abordable pour traiter leurs eaux usées. Un des acteurs majeurs en France de cette approche est l'entreprise EPUR NATURE. Le hasard fait souvent bien les choses : Epur Nature se trouve à proximité, dans la ZAC voisine du bâtiment. C'était donc un partenaire de choix.

Comment ça marche ?

La phytoépuration fait appel aux bactéries présentes dans les systèmes racinaires des plantes pour épurer l'eau. Par rapport à l'épuration classique, elle a d'indéniables avantages. Elle permet de traiter phosphates et nitrates : ainsi, les plantent "mangent" littéralement les phosphates. De plus, elle a un coût comparable à une installation classique. Elle ne produit pas de boues, qu'il faut vidanger, et permet un contrôle facile des rejets, à la différence des dispositifs enfouis. Seule contrainte, elle nécessite un peu d'entretien.

Le pré-traitement se fait soit dans un lit vertical étanchéisé planté de roseaux. Pour le traitement, il faut ensuite prévoir un bassin à écoulement horizontal planté d'espèces végétales capables d'absorber les charges polluantes (bambous, massettes, iris des marais, laîches…), suivi d'une mare ou d'un fossé planté d'espèces semi-aquatiques ou ornementales gourmandes.
L'installation fonctionne en circuit fermé, sans rejet de polluant. L'eau traitée est utilisée pour l'irrigation des plantes du jardin, dont elle couvre 30% des besoins.

Fermer X

Faits et Chiffres

  • Terrain : 13.400 m2
  • Parc paysagé : 6.500 m2
  • Bâtiment total : 1.900 m2, dont
    - mas : 400 m2,
    - annexe nord-est en brique mono-mur : 400 m2,
    - surface logistique brute : 1.100 m2, nette : 980 m2, 2 bureaux en ossature bois dans la surface logistique
  • Construction : juin 2009 à septembre 2010
  • Architectes : Jean-Pierre Rouget et André Brunelle, Villeneuve-lez-Avignon
  • Paysagiste : Luc Echilley, Cezae Jardin, Les Angles
  • Conception énergie : Christophe Jean, bureau d'études Kaora, Avignon
  • Maître ouvrage délégué : Emanuel Di Filippo
  • Gros Œuvre : Duverger & fils, Avignon
  • Photovoltaïque : Groupement Photovoltaique du Luberon
  • Structure bois et couverture (sauf charpente) : Negoce bois charpente, Le Pontet
    (Liste complète des 26 entreprises qui ont participé au chantier sur simple demande)
  • Financement : Crédit Coopératif, Société Générale

 

Haut de page Haut de page